Rechercher
  • jessicadellutri

Nettoyons tout du sol au plafond

Quelle est la vision de la naturopathie par rapport à la cure de détoxification ?

Comment respecter notre corps ?

Quels sont les pièges à éviter ?

Est-ce fait pour tout le monde ?



Les cures de détoxification sont généralement proposées aux changements de saison et plus particulièrement à l’entrée du printemps et l’entrée de l’automne. Le printemps est un moment idéal pour mettre en route le grand nettoyage dans notre corps après les excès de l’hiver et avec le retour des beaux jours.



Revenons en arrière


Historiquement, l’hiver était une période où les plats, très riches, étaient composés des récoltes de l’été, des conserves réalisées en été et automne et de légumes racines encore dans les sols ou stockés. Les plats étaient plutôt cuits tels que des soupes ou des plats mijotés. C’était aussi une période synonyme de retour vers le foyer, d’arrêt de l’activité dans les champs et donc d’une diminution de l’activité physique.


Le début du printemps était une période où nous arrivions à la fin de nos réserves et où les nouveaux fruits et légumes se font encore rares (bien qu’aujourd’hui nous redécouvrions la cueillette sauvage très généreuse dès les premiers rayons de soleil). Les menus devenaient alors de plus en plus simples et pauvres. Doucement chacun reprenait le chemin vers l’extérieur, vers le travail aux champs et donc une plus grande activité physique.


Naturellement, le corps avait le temps d’être en « repos digestif » et d’évacuer les déchets accumulés durant l’hiver. Lorsque le corps ne met pas son énergie à la digestion, il peut la fournir pour le nettoyage et la régénération des tissus abimés.


La naturopathie se calque sur cette logique pour proposer les cures de détoxification.



Et aujourd’hui


Aujourd’hui, nous n’avons plus ces nuances dans notre alimentation, tout est toujours présent dans les supermarchés ou boutiques bio. Notre corps n’a plus cette fenêtre prévue dans le cycle des saisons pour se purifier. Nous sommes également plus sédentaires que par le passé, limitant la mise en circulation des liquides du corps.


La cure de détoxification devient alors une période à noter dans notre agenda et où des réformes dans nos habitudes de vie sont à prendre moyennant quelques efforts.



Contourner les pièges


Le piège dans les techniques modernes est de se contenter de prendre des compléments alimentaires, tels qu’un cocktail de plantes détox ou de la sève de bouleau. Certes, ils ont leur intérêt pour accompagner le corps et favoriser l’élimination des déchets mais cela nous fait oublier l’aspect primordial de la détoxification qui est le changement dans les habitudes de vie pendant un temps.


La cure de printemps devrait être un moment où nous allégeons nos repas, nous reprenons une activité physique plus intense, nous privilégions un sommeil réparateur et nous nous aérons.


Au niveau alimentaire, le retrait de tous les aliments transformés/raffinés, les produits laitiers, les sucres à indice glycémique élevé (biscuits, bonbons, pâtes blanches, pain blanc…), les boissons excitantes (café, thé, sodas), les acides gras trans- (chips, fritures, sauces…) et la diminution des protéines animales allège la digestion. Cette restriction est définie dans le temps, d’une à plusieurs semaines, en fonction des capacités vitales de la personne et de son état de surcharge.


Une autre solution serait la mise en place, d’une à plusieurs journées (à nouveau selon les capacités vitales de chacun), de monodiète ou de jeûne tout au long de l’année ou pendant une période définie.


L’activité physique, par sa capacité à mettre en circulation les liquides du corps (dont le sang et la lymphe), par l’augmentation de sa température et de la transpiration ainsi que par l’augmentation de l’amplitude respiratoire, à la faculté d’activer l’évacuation des déchets par les différents émonctoires (foie, reins, intestin, peau, poumons) tout en augmentant notre vitalité.


Le sommeil est primordial dans le processus de détoxification car c’est la nuit que se met en route la mobilisation et la sortie de déchets plus conséquents par le foie et les reins. Un sommeil réparateur correspond à une nuit après laquelle nous nous sentons totalement reposés et prêts à entamer une nouvelle journée.


Le printemps, les journées se rallongent, le climat est généralement plus doux, même s’il est souvent pluvieux, et c’est alors le moment de remettre le nez dehors. Les promenades en nature ou les sorties dans son jardin sont des moments privilégiés pour respirer profondément et peut-être pratiquer quelques respirations profondes et conscientes les deux pieds bien ancrés dans le sol.



A chacun son style


Notre mode de vie actuel, avec les produits raffinés, les produits transformés, le manque d’hydratation, les pollutions, la sédentarité et/ou le surmenage, encrasse nos corps au point que le travail devient énorme pour évacuer les déchets. C’est pourquoi il est parfois intéressant d’appuyer la détox par la phytothérapie. Les plantes, telles que le romarin, le pissenlit, l’ortie, le radis noir… seront sélectionnés selon la personne, son tempérament, ses forces et ses faiblesses.


Chaque personne étant différente, chaque cure devra être différente. Les besoins, les ressources, l’énergie vitale et les limites du corps sont propres à chacun. (Re)prendre conscience de l’importance de cette cure et de l’impact qu’il peut avoir sur notre santé est un premier pas vers une démarche plus respectueuse.


La détoxification n’est pas une obligation à chaque changement de saison, ni une obligation annuelle. Il est important de s’adapter au corps de chacun et proposer ce dont il a besoin. Parfois, un moment de reminéralisation et d’augmentation de l’énergie sera important avant d’envisager une détox.



Le corps dans sa globalité


Le nettoyage de printemps se passe aussi sur d’autres plans et dans d’autres sphères de notre vie.


Le réveil de l’énergie nous donne souvent la force et l’envie de faire le tri, d’alléger nos intérieurs, garder ou jeter/donner/vendre certains objets, déplacer certains meubles, rafraichir les maisons…


Notre vie psychique et émotionnelle peut aussi, à force d’expériences difficiles ou d’un manque de travail sur soi, s’encrasser et même parfois se rigidifier. S’il vous reste des ressentiments malgré le travail de profondeur de l’hiver, c’est le moment de s’en débarrasser, sortir les poubelles pour laisser la place à de nouveaux projets, de nouveaux modes de fonctionnement.


Y a-t-il des événements, des souvenirs qui alourdissent votre vie ?


Vous sentez-vous bloqué dans vos mouvements, dans votre évolution ?


Avez-vous l’impression de trainer derrière vous toujours les mêmes histoires et de reproduire les mêmes scénarios ?




6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
 
  • Facebook

©2019 by Santé heureuse. Proudly created with Wix.com